L'amibe Naegleria fowleri

Publié le par siskiwicouic.over-blog.com

AAAAAAAAAAAAAAAAhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhh

 

Oui lecteur(-rice), ceci est un cri de terreur,

comme tes oreilles ensommeillées (les miennes l'étaient) l'ont sans doute entendu l'autre matin à la radio, des amibes tueuses, les Naegleria Fowleri, peuplant les lacs et étangs d'Arizona (ouf, c'est chez les Américains!)...inquiètent au plus haut point les autorités sanitaires...

Elles entrent par les voix respiratoires des baigneurs insouciants, remontent jusqu'au cerveau et en bouffent les cellules et les muqueuses à petit feu...

Infamie! VADE RETRO SATANAS!

ScreenShot013.gif
Mais encore, ce n'est rien, sache que la mort survient 15 jours après en moyenne...maux de tête, fièvres en sont les seuls symptômes visibles!

Alors si tu te rends en Arizona, prends ton pince-nez!

ps: Pourquoi je parle de ça? Bah parce que ça m'a empêchée de manger lundi matin!


D'après wikipedia.org:

Naegleria fowleri
est une amibe libre vivant dans les lacs et rivières en petite quantité (pas plus de 10/L) et particulièrement aux points de températures élevées (N. fowleri se cultive bien entre 35 et 40°C), d'où sa propagation inquiétante dans les eaux de refroidissement de centrales thermiques (où sa concentration peut atteindre 100/L voire plus).

La contamination des lacs et rivières par N. fowleri se fait par transport de gouttelettes d'eau par le vent. Grâce à cela, N. fowleri peut se déplacer vers d'autres sites où sa présence n'est normalement pas observée tels les égouts, les piscines mal entretenues, les établissements thermaux…

Sa répartition est cosmopolite, mais les cas de méningoencéphalite amibienne aiguë primitive n'ont été décelés qu'aux États-Unis, en Australie, en Angleterre, en Belgique et en Slovaquie. Aucun cas n'a été signalé en France.


Naegleria fowleri est responsable d'une gravissime pathologie fort heureusement extrêmement rare : la méningo-encéphalite amibienne primitive (MEAP). Les traitements sont l'amphotéricine B, en association avec la rifampicine administrée par voie orale; l'application topique de propamidine isethionate est efficace; d'autres médicaments sont efficaces, notamment le clotrimazole, le miconazole et la pimaricine (1).

Neagleria fowleri est un agent classé en P2 (Pathogène de classe 2)(1), il ne peut être manipulé que dans des laboratoires de sûreté biologique de niveau 2 et supérieur.

Si, au cours d'un bain en eau douce (piscines, étangs...), les formes végétatives de Naegleria fowleri sont amenées au contact des muqueuses nasales, elles s'installent d'abord - période d'invasion - dans une symptomatologie rhino-pharyngée : fièvre à 39-40 °C, nausées, céphalées et douleurs oculaires. Puis, à travers la plaque criblée de l'ethmoïde (os impair et médian de la tête, qui forme la partie supérieure du squelette du nez et dont la lame criblée, située à la base du crâne, est traversée par les nerfs olfactifs), elles gagnent activement les espaces méningés, et c'est la période d'état avec son tableau de méningo-encéphalite puriforme aseptique. Très vite le malade est sub-comateux et la mort survient, sauf exception, en 5 à 10 jours.


L'alerte est lancée car ces horreurs microscopiques seraient plus nombreuses que les années précédentes en raison du réchauffement climatique...

Publié dans Vade retro Satana

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article